...

Blog de l'Histoire de Lyon – 6 mai 1939

Histoire de Lyon - 6 mai 1939

Dialogue intereligieux

Le 6 mai 1939, l’abbé Jules Monchanin s’embarque à Marseille pour l’Inde qui l’attire depuis de nombreuses années. Originaire de Fleurie dans le Beaujolais (né le 10 avril 1895), Jules Monchanin avait passé 3 ans à Lyon après son ordination de 1922 à 1925.

📌 Dans notre ville il avait été professeur au séminaire Saint-Irénée et aumônier des paroisses Saint-Maurice et Saint-Vincent. Il avait rencontré l’abbé Paul Couturier qui avait travaillé à l’unité des chrétiens catholiques, orthodoxes, anglicans et réformés et fait la promotion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens.

📌 Tourné lui aussi vers l’œcuménisme, Monchanin avait découvert un fond considérable de littérature indienne à Roanne qui l’avait amené à développer un profond intérêt pour le dialogue entre hindouisme et christianisme. Il avait dès lors tenté de faire un pont entre ces deux mondes ; une démarche qu’il décrivait ainsi :

📌 « Il s’agit, non de s’adapter par tactique aux coutumes de l’Inde, mais de s’assimiler par amour ce que l’Inde a d’essentiel dans les modes de son expérience spirituelle, de sa pensée, de sa vie consacrée. La tâche immense qui nous sollicite est de repenser toute l’Inde en chrétien et le christianisme en indien.

La greffe de la révélation que les Pères grecs ont faite jadis sur la pensée hellénique, doit être tentée aujourd’hui sur la pensée indienne. Or, aux Indes, nulle philosophie n’est séparée et la vérité est conçue comme une réalisation spirituelle. Le primat de la contemplation n’y a même pas besoin d’être affirmé tant il est reconnu. Un christianisme qui apparaîtrait purement actif, décapité de sa fonction essentielle qui est d’adorer et de louer Dieu semblerait inférieur aux religions indigènes (…)

Il est donc infiniment désirable que naisse un jour de l’Inde même, un ordre monastique voué à la contemplation du mystère trinitaire qui achèverait en les dépassant les aspirations millénaires de l’âme indienne au silence et à la méditation. »

📌 A partir de 1939, Jules Monchanin s’installa donc dans le diocèse de Trichy en Inde où il travailla d’abord comme curé de paroisse auprès des plus pauvres pendant 10 ans. Il fondera ensuite en 1950 l’ashram Saccidânanda (la Trinité) près de la rivière Kâverî avec le moine bénédictin Henri Le Saux – originaire de l’Abbaye Sainte-Anne de Kergonan – qui l’avait rejoint l’année précédente. Un ashram modeste constitué de deux huttes de bambou recouvertes de feuillage où ils célébrèrent la messe, dirent les offices et adorèrent le Saint-Sacrement prosternés à l’indienne.

📌 Par désir d’acculturation, les deux amis choisirent de vivre assis dans la position des Hindous, de devenir végétariens et de se vêtir avec la tunique de coton couleur safran des saddhus (le « kavi »). Monchanin pris même le nom sanscrit  de « Paramarubyananda » (celui qui met sa joie dans l’être sans forme – l’Esprit Saint) et Le Saux celui d’« Abishiktananda » (celui qui met sa joie dans l’Oint – le Seigneur).

📌 Devenu célèbre, le Père Monchanin donna de très nombreuses conférences et retraites. Mais sa santé se dégrada avec le temps et on lui découvrit un cancer. Il rentrera en France en 1957 après 18 ans passés en Inde et décédera à l’hôpital Saint-Antoine de Paris le 10 octobre 1957.

📌 En 2017, la communauté Saccidânanda qu’il a fondée compte encore une dizaine de moines, deux novices et trois postulants.
~
❓QUIZ : Qui est le premier chrétien à avoir été en Inde ?
✅ Réponse : L’apôtre Saint Thomas, arrivé en Inde en 52 ap. JC et mort en martyr aux environs des années 70 sur la colline qui s’appelle aujourd’hui mont Saint-Thomas, près de Mylapore.

Cet article vous a plus ? Partagez-le !

Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.